in

Prostitution à Genève: une démarche vers la légalisation

Genève, la ville où il fait bon vivre, présente aussi des difficultés dans la maîtrise des secteurs liés à la prostitution. Car, après maints efforts, les autorités se perdent dans leurs propres stratégies pour mettre fin à cette activité de manière efficace. La prostitution existe bel et bien dans toutes les régions Suisse. Après de nombreuses confrontations des partis politiques, Genève sort une loi qui finalement se penche en faveur des travailleuses de sexe.

Genève, le refuge des Escort girl

La prostitution se répand dans la ville qui ne dort jamais, ce qui n’a rien d’étonnant d’ailleurs, l’endroit est charmant pour attirer autant de monde. Les Escort connaissent les rues par coeur, elles ne s’aventurent que dans les quartiers chics pour faire mordre à l’hameçon. Des hommes riches, avec de l’allure, elles savent bien faire la distinction entre les clients. Vice versa, ces derniers semblent déjà être informés des activités proposées par ces jeunes et pimpantes demoiselles. Car, oui, les plus belles prostituées sont évidemment celles qui frôlent les prestigieux bars de Genève. Le luxe est au rendez-vous, et les prostituées genevoises inondent les centres de loisir, les instituts de massage, tandis que les femmes d’un certain âge sont toutes aussi prêtes à servir les moins expérimentés de la gent masculine.

Toujours dans le même cercle, les transsexuelles de Rive proposent des discussions étonnantes avant de proposer leurs prestations. Ce qui est sûr, c’est que les prostituées d’Europe ne reculent devant rien lorsqu’il s’agit de gagner leur vie. De ce fait, il faut payer cher pour profiter de leurs services de luxe. On a certes affaire à des professionnelles du sexe, pas à des amatrices qui cherchent à dépouiller les clients. Les offres sont sérieuses, et les Escort s’affichent sur un site spécialisé fgirl pour assurer leur visibilité. Il n’y a pas mieux pour un client aisé que de réserver en ligne pour être entièrement satisfait de son choix.

Parmi les endroits les plus prisés de Genève, les boîtes de nuit sont propices pour faire des rencontres fructueuses et sauvages. Java Club, le Baroque Club, ou encore le quai du Mont-Blanc, toutes abritent des Escort girl en tenues légères.

Des célébrités venues du monde entier viennent d’ailleurs se rejoindre à la fête, dans les bars à champagne, café chic, salons de massage…Bref, le réseau d’Escort est aussi vaste que la ville elle-même, et qu’importe la saison, cette ville d’Europe reste au top de sa forme pour accueillir les touristes venus des quatre coins du monde.

On parle aussi de rencontres éphémères avec des travestis, et aucun jeu sexuel n’est interdit dans ce type de métier. Aucune nuit ne se ressemble, Genève regorge d’endroits magnifiques pour assouvir les désirs les plus inexpliqués, ce qui est sans doute la raison pour laquelle la prostitution prend son envol dans les quartiers genevois.  Et pour les autorités, il s’agit d’une cause perdue. Mais leur lutte n’est pas terminée. Le gouvernement s’arme de tous les stratagèmes pour réduire les chiffres inquiétants liés à la prostitution.

Des lois restrictives

Les responsables à Canton Genevois réagissent face aux chiffres qui explosent dans sa ville. La prostitution est peut-être loin d’être maitrisée, et pourtant, les autorités sont fermes quant aux lois applicables sur les activités de prostitution. Elles fixent une amende sous certaines conditions, et livrent différentes sanctions liées aux abus.

Les règles concernent entre autres l’exercice du métier sur les lieux publics où il est de nature de troubler l’ordre et la tranquillité. Elles touchent également la prostitution de salon, et l’obligation d’annonce. La personne responsable du salon doit se présenter aux autorités compétentes pour faire les démarches. Les salons peuvent être soumis à un contrôle inopiné, et le droit d’inspection n’est pas négociable. En vain, ces lois établies, Genève reste encore aujourd’hui la place préférée des prostituées d’Europe.

 

 

 

Laisser un commentaire

Tout savoir : voiture électrique enfant

Soins bébé : où en sont les produits français ?